La Maison Voyageuse

Accueil

Présentation

  Notre démarche
environnementale


Notre démarche qualité

Ils parlent de nous...

Habiter une yourte

Yourtes et RT2012

Votre yourte

Modèles et tarifs

Réalisations

Vente de toile

Assistance
aux
auto-constructeurs


Qualité des yourtes fabriquées par La Maison Voyageuse


Quels matériaux
La conception
Les cadres
Le toono
Le khana
La couture


Depuis nos premiers prototypes en 2003, nous avons un souci constant de l'amélioration de la qualité de nos réalisations.

La volonté de fabriquer un habitat confortable et sain, spacieux et lumineux, écologique et durable détermine nos critères de choix des matériaux et des techniques de fabrication.

Vous découvrirez ci-dessous quelques détails qui font la qualité des fabrications de l'atelier La Maison Voyageuse.


    La première yourte fabriquée par nos soins en 2003, le protoyourte ou la yourtinette, l'ancêtre de nos réalisations actuelles

Le protoyourte


Quels matériaux pour construire une yourte La Maison Voyageuse ?

Yourte en Bourgogne
En prenant l'exemple d'une yourte de 50 m2 montée en Bourgogne en août 2013, voici les matériaux nécessaires à cette fabrication, volume et quantité ainsi que leur origine :


Nature du matériau
Usage
Quantité
Poids
Origine
Commentaires
Bois
Plancher et mezzanine
5,10 m3
2 730 kg
Scierie à proximité du chantier
Matériau renouvelable biosourcé
Bois
Yourte : perches, murs, cadres, toono, poteaux
2,44 m3 1 219 kg
Scierie locale, à proximité de l'atelier
Matériau renouvelable biosourcé
Laine
Isolant de la yourte
17,76 m3 222 kg
Exploitations ovines du Parc Naturel des Volcans d'Auvergne
Matériau renouvelable biosourcé
Ouate de cellulose
Isolant du plancher
5 m3 210 kg
Fabriqué en France
Matériau biosourcé issu du recyclage
Toile
Toile intérieure et extérieure de la yourte
427 m2 128 kg
Fabriqué à Lille
Matériau issu de la pétrochimie, label Oëko Tex garantissant son inocuité
Verre
Double vitrage
4,90 m2 123 kg
Fabriqué en France, miroitier local
Performances thermiques èlevées
Acier et inox
Câbles, serre-câbles et tendeurs, boulonnerie inox des murs, visserie, quincaillerie diverse

83 kg
Origines diverses
Toute la quincaillerie exposée aux intempéries ou au contact de la toile est en inox afin d'augmenter la durée de vie et de préserver les toiles
Corde
Corde de maintien de l'ossature et des toiles, cordages divers
462 ml
19 kg
Corderie Bretonne
Qualité de fabrication reconnue dans le monde de la voile et notamment pour les vieux gréments et la compétition


Poids total
 4 734 kg



93 % des matériaux en poids sont des matériaux renouvelables et biosourcés.
83 % des matériaux sont d'origine locale (lieu de l'atelier ou du chantier), 98 % d'origine nationale, essentiellement issu de filières courtes avec un contact direct avec le fabricant, sans intermédiaire. C'est l'assurance d'un suivi optimal de la qualité de fabrication de mes matières premières.

Utiliser des matériaux locaux issu de filières courtes, c'est également minimiser l'impact environnemental, mais aussi social de l'habitat. A titre d'exemple, les isolants en laines présents dans la grande distribution proviennent souvent de filières qui récupère la laine à l'autre bout du monde à un prix qui n'a rien à voir avec son coût réel et qui ne permet que rarement aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail. Les étapes suivantes comme le lavage de la laine peuvent être effectuées dans des pays où les contraintes environnementales sont bien trop peu présentes pour les industrielles. Ces filières produisent des isolants moins chers mais c'est au détriment de la qualité de vie des acteurs de la filière, du petit paysan du bout du monde à l'ouvrier travaillant en usine.

L'isolant choisi pour la yourte est primordial sur bien des aspects : confort thermique dans la yourte, régulation de l'hygrométrie, il possède ègalement des qualités particulièrement intéressantes comme la capacité de dépolluer l'air de la yourte en fixant certains polluants comme le formaldéhyde. Vous trouverez ici plus de détails sur l'isolant en laine de moutons que j'ai choisi.

Le choix du tissu pour réaliser la toile de yourte est également très important, il constitue la membrane qui protège les habitants de la yourte de la pluie et du vent. Vous trouverez ici un résumé du débat sur les toiles qui est très complexe et technique.


La conception de la yourte

C'est une étape importante qui va permettre de déterminer les dimensions de tous les éléments de la yourte.

Chacune de nos yourtes est calculée pour résister à des conditions climatiques extrêmes.

Charpente de la yourte, les perches et le toono, la clef de voûte de la yourte
La toiture de la yourte est ainsi dimensionnée en application des règles neige et vent apprises d'un ami métreur en charpente. La surcharge neige peut être trés conséquente, elle varie bien sûr en fonction de l'altitude. La neige seule n'est d'ailleurs pas la composante principale : le poids maximal est atteint lorsqu'une couche de neige conséquente est imbibée par la pluie qui peut même geler par exemple lors de pluies verglaçantes. La yourte étant déplaçable, je prends une marge de sécurité conséquente. Je considère donc la surcharge neige calculée à 1.000 m a minima sur tous mes projets, sauf bien sûr si le site du projet excède cette limite. Si des conditions climatiques aussi sévères ne sont pas fréquentes, je suis particulièrement heureux d'avoir fait ces choix lorsque certaines de nos yourtes essuient des tempêtes heureusement sans dommage...

Les proportions des perches sont importantes pour la résistance en flexion de celles-ci. Cette résistance est proportionnelle simplement à une fois la largeur contre le cube de la hauteur. Mais si la hauteur est trop différente de la largeur, les risques de flambage ou de vrillage sont importants. Une perche qui se vrille et se met partiellement à l'horizontale sera bien moins résistante. Nous utilisons un rapport de 1 en largeur pour 3 en hauteur qui permet d'avoir un bon équilibre entre résistance à la flexion, donc au poids sur la toiture, et stabilité dimensionnelle dans le temps évitant les déformations. Par exemple, des perches de section 30 x 90 mm (rapport 1 par 3), de section 21 par 104 mm (rapport 1 par 5) ou de section 68 x 68 mm (rapport 1 x 1, forme carrée résistance équivalente à peu près en forme ronde de même diamètre) auront toutes trois une résistance équivalente pour des surface de section respectivement de 27, 21 et 46 cm
2. Le rapport de 1 par 3 me semble donc, à l'expérience, très adapté pour une bonne résistance à la flexion et aux déformations et une juste utilisation de la matière première. Le carré ou le rond demandent plus de bois pour une résistance équivalente.

L'entraxe des perches est également une donnée majeure. Nous utilisons un entraxe plus restreint sur les projets de grande taille, au-delà de 8 m de diamètre, afin d'obtenir une ossature plus dense et plus résistante. Cette donnée est bien sûr liée à la section des perches ainsi qu'à leur portée et aux diamètres de la yourte comme du toono.

L'emplacement de chaque cadre ou ensemble de cadres est déterminée en fonction de l'envie des futures habitants de la yourte en prenant en compte la course du soleil, les particularités du terrain dans une logique d'architecture bioclimatique. La longueur des murs de la yourte est adaptée en fonction de ces choix afin d'obtenir la yourte souhaitée.

Toute la conception de la yourte demande un grand nombre de calculs. L'informatisation de tous ces calculs et l'amélioration constante de cet outil nous permettent de fabriquer des yourtes réellement sur-mesure pour répondre au mieux aux souhaits des futurs habitants de la yourte.

Mon expérience fournit à ce moment-là des conseils précieux pour une aide au choix.
Exemple des premiers calculs de baseQuelques-unes des multiples données que je calcule lors de la conception de la yourte. Cliquez pour ouvrir le documents




Fabrication de l'ossature de la yourte

Les cadres de la yourte

Ces parties reçoivent les ouvrants, portes ou fenêtres, des surfaces vitrées fixes ainsi que des panneaux bois pour y ménager un trou pour le tuyau isolé double peau du poêle à bois. Elles représentent bien souvent la partie la plus gourmande en temps de fabrication. Tout est entièrement fabriqué par nos soins, sur-mesure.

Chaque cadre est réalisé avec des techniques particulières garantissant une résistance nettement accrue aux efforts de torsion auxquels ils sont soumis. En effet, les cadres sont fixés sur le plancher, poussés en haut par les perches, tirés par les cordes et les murs. Ils sont soumis également aux intempéries, pluie, soleil, froid.

Seuil et feuillure du khana

Tous les cadres sont solidement ancrés sur le plancher grâce à un seuil très solide et un boulonnage conséquent.

A chaque extrémité, une feuillure large et solide recevra les murs de la yourte
Ancrage du seuil

Les efforts fournis par les cadres étant conséquents, chaque pièce est soignée : au lieu d'une pièce de bois qui pourrait se déformer dans le temps, chaque pièce est constituée de deux morceaux assemblés par un collage grâce à une enture multiple pour augmenter la surface de collage et les cernes du bois sont inversés pour équilibrer les tensions. Un dégauchissage avant le toupillage de l'enture multiple et un autre après collage me permettent d'avoir des pièces d'une bonne qualité. Assemblage des pièces de bois

Des ouvrants à recouvrement du dormant, ou à la française, me permettent de placer deux rangs de joints. Ceux-ci sont des joints à ancres insérés dans des fines feuillures afin de supprimer les problèmes de collage à terme. L'étanchéité à l'air est ainsi fortement améliorée.
Serrure trois points et deux rangs de joints
Ouvrant à recouvrement et goutte d'eau  
Une goutte d'eau déflecte l'eau vers l'extérieur en bas de chaque ouvrant. L'étanchéité à l'air et à l'eau des ouvrants est ainsi durablement assurée.

Les portes sont fermées grâce à des serrures à trois points qui garantissent une bien meilleure stabilité de la porte dans le temps.

Grandes baies vitrées au sud



En favorisant de grandes baies vitrées au sud, je prends en compte les aspects bioclimatiques afin de garantir un confort optimal en toute saison : luminosité importante, surchauffe évitée grâce aux performances thermiques des vitrages, orientation étudiée.

Le double vitrage sélectionné atteint une épaisseur de 34 mm.
Fiches réglages
Double vitrage à hautes performances thermiques Gaz argon, couche de faible émissivité limitant le rayonnement infra-rouge, feuilletée en face extérieure donnent des performances exceptionnelles.



Les fiches réglables choisies pour l'ouverture des battants permettent de positionner les ouvrants exactement où il le faut pour garantir une étanchéité parfaite.

Toutes les techniques que nous choisissons garantissent une qualité remarquable des cadres et des ouvrants et une durée de vie très importante. Elles n'ont qu'un défaut, elles sont gourmandes en temps ! Nous passons une très grande partie du temps de fabrication sur les cadres, fréquemment plus de 100 h par cadre et la qualité des matériaux choisis a un impact important sur le prix de vente de la yourte.



Le toono

Le toono au cours du montage Le toono est la clef de voûte de la yourte. Cet anneau circulaire reçoit toutes les perches du toit et ouvre au sommet de l'ossature un espace circulaire où prendra place plus tard le dôme de la yourte. C'est une pièce majeure de la yourte dont la qualité de fabrication a un impact direct sur la résistance et la longévité par exemple en cas de tempête où il est soumis à des efforts violents de l'extérieur vers l'intérieur.

Sa réalisation requiert des techniques atypiques. En menuiserie, je n'ai pas trouvé d'exemple de fabrication de pièce similaire. Les oeil-de-boeufs ou fenêtres rondes sont ce qui s'en rapprochent le plus mais ils sont insérés dans un mur qui apporte la résistance et la rigidité. Pas d'effort centripète comme dans le cas d'un toono, ce mode de fabrication n'est donc pas adapté au toono. La réalisation d'une roue de charette pourrait y être apparentée mais c'est un savoir-faire qui n'est plus enseigné, sauf exception, depuis bien longtemps... Vous trouverez ici une page qui détaille notre façon de fabriquer un toono.

Un toono fabriqué par nos soins est couramment constitué de 64 pièces de bois (36 à 96 sur tous les toonos réalisés dans notre atelier). Ces pièces de bois sont assemblés deux à deux comme pour les pièces des cadres ci-dessus grâce à une enture multiple et en inversant le sens des fibres du bois pour équilibrer les tensions. Un toono nous demande entre 70 et 100 heures de travail.


Le khana, les murs de la yourte

Les murs de la yourte sont constitués d'un treillis de lattes assemblées ensemble. Ce treillis, le khana, peut être ouvert afin que chaque partie forme un carré ou refermé afin d'occuper le moins de place possible pour le transport. Il est incurvé, c'est lui qui donne à la yourte sa forme ronde.

L'assemblage des lattes du khana se fait traditionnellement à l'aide soit de liens en cuir soit de ligaments animaux. Ces liens ont l'avantage de se resserer après la pose en se rétractant au séchage et ainsi de rapprocher les lattes l'une de l'autre. Un lien en corde aura lui tendance à se détendre dans le temps et ainsi à augmenter le jeu entre les lattes, favorisant une déformation des murs qui auront tendance à "faire le ventre".

Afin de supprimer les déformations, nous utilisons de la boulonnerie pour relier les lattes entre elles et les plaquer l'une contre l'autre afin d'avoir des murs plus verticaux. De la boulonnerie classique pourrait rouiller à la longue, la rouille étant acide, elle abimerait la toile intérieure. Nous utilisons donc de la boulonnerie inox qui ne rouillera jamais dans ces conditions. La résistance au cisaillement est ici très supérieure et bien plus durable qu'un lien quel qu'il soit ce qui donne une ossature qui sera capable d'encaisser des efforts importants sur le long terme.
Le khana, les murs de la yourte

Entre 1.500 et 2.500 boulons inox sont nécessaires pour réaliser le mur d'une yourte...

Afin d'avoir des murs qui puissent s'ouvrir et se fermer sans difficultés, la précision du perçage des lattes est importante.

Vous trouverez ici une page qui détaille ma façon de fabriquer le khana.


La couture

Outre le choix du tissu qui est crucial, la réalisation du patron des toiles et le choix des techniques de couture conditionneront également la qualité et donc l'imperméabilité et la durée de vie de l'enveloppe protectrice de l'habitat.
Schéma des coutures utiliséesLes coutures choisies sont réalisées avec un fil hydrophobe spécialement conçu pour un usage extérieur qui permet de résister dans le temps au soleil et à la pluie et de réaliser des coutures imperméables à l'eau.
Elles sont réalisées grâce à 3 traits de couture dont l'un est enfermé dans un repli et ne souffre donc pas du soleil ou de l'eau. Grâce à une couture rabbatue, 4 épaisseurs de tissus permettent de garantir l'étanchéité à long terme.
En pleine couture comme en pleine mer...

Les coutures sont imperméables grâce au fil spécial qui bouche le trou de l'aiguille. Il est donc impossible de découdre sans laisser des trous qui prendront l'eau, pas de droit à l'erreur à cette étape.

Patron d'une toile de yourte Turkmène d'Iran

Le patron utilisé sur le toit des yourtes traditionnelles en Asie centrale est la plupart du temps un cercle coupé. Ce cercle est placé sur le toit de manière à ce que les pans de tissus soient recouverts sur une zone suffisante pour l'étanchéité.

Ce type de patron est le plus fréquemment utilisé par les constructeurs et auto-constructeurs de yourte grâce à sa simplicité. Ce recouvrement présente l'inconvénient de donner une prise au vent mais aussi de favoriser une entrée d'eau dans certaines conditions.




Ci-contre un schéma montrant le patron d'une yourte traditionnelle des Turkmens d'Iran tiré de l'excellent ouvrage de Peter Alford Andrews, Nomad Tent Types in the Middle East, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert, 1997, 560 et 144 p. (ISBN 3-88226-890-5) Plus d'infos




Nous utilisons des patrons différents en réalisant un cône tronqué fermé enveloppant la yourte à la manière d'une jupe !

Ce patron est plus contraignant, il exige de la précision dans les calculs et que la yourte soit montée de manière à respecter plus précisément les côtes théoriques.

Il permet en échange une meilleure étanchéité à l'air et à l'eau.
Patron d'une toile intérieure La Maison Voyageuse
Ourlet et système de tension de la corde du toit
Traditionnellement, les toiles de la yourte sont maintenues en place grâce à des cordes rajoutées sur la toile qui la plaquent contre l'ossature en bois. Cette méthode est efficace mais elle génére une usure prématurée des toiles par le frottement de la corde et finit parfois par couper les toiles.

Nos toiles de yourte sont maintenues différement : en bas et en haut des toiles, un ourlet assez gros ménage un passage aux cordes qui maintiennent la toile et qui sont tendues grâce à un système multipliant la force exercée ... Fini l'usure sur l'extérieur de la toile.



Les nomades d'Asie centrale posent leur yourte à même le sol. En cas de fortes pluies (mais ils en ont bien peu grâce à une pluviométrie 6 fois moindre qu'en France), l'eau peut ruisseler à l'intérieur de la yourte. Le vent y trouve également son chemin et les courants d'airs sont peu confortables en cas de grand froid.

Pour supprimer durablement les infiltrations d'air et d'eau au pied des murs, nous plaçons nos yourtes sur un plancher surèlevé conçu de telle manière que la toile de mur extérieure puisse passer dessous sur toute la périphérie. La corde dans l'ourlet inférieur est ainsi resserrée sous le plancher et ne peut plus remonter.

Supprimés les courants d'airs et entrées d'eau !

Rabat toile sous plancher et plancher surèlevé


Le plancher des yourtes

Plancher, ossature et plotsLes yourtes issues de l'atelier La Maison Voyageuse sont toutes posées sur un plancher surèlevé.

Cela permet de placer la yourte à l'abri de l'humidité du sol, de confectionner un plancher isolé et d'envelopper celui-ci avec la toile extérieure afin d'améliorer durablement l'étanchéité à l'air et à l'eau et également de supprimer les ponts thermiques. La durabilité de la yourte est augmentée et le confort des habitants nettement amélioré.

Chaque plancher est nécessairement adapté à sa yourte : choix de l'épaisseur d'isolant, diamètre adapté, report des facettes des cadres.

Le plancher est constitué :
  • des plots de réception du plancher dont la réalisation est à la discrétion des futurs habitants de la yourte. Nous fournissons à cet effet un plan de situation précis. Leur nombre varie de 7 pour les petites yourOssature sur pneustes de 20 m2 à 16 pour une yourte de 50 m2 voir 31 pour une yourte de 80 à 90 m2. De multiples techniques de fabrication peuvent être utilisées : plots maçonnés, pieux enfoncés dans le sol, plots en bois avec des essences adaptés, etc...
    Vous trouverez ici un extrait d'un article de La Maison Ecologique qui expose une technique de réalisation de plots à base de pneus utilisée par
    Tom Rijven de Flexagone et testée par l'Université de Grenoble. Cette technique est relativement simple à mettre en oeuvre et peu onéreuse. Vous pouvez voir ici un exemple de réalisation sur la yourte de Thomas et Garance, autoconstruite mais conçue par mes soins.
  • d'une ossature en bois, généralement des poutres de douglas ou d'une autre essence aux propriétés comparables disponibles localement en scierie.
  • d'un sandwich isolé constitué de plaques d'OSB et de solives en bois local, isolé avec de la ouate de cellulose.
Tous ces matériaux sont trouvés au plus proche du lieu du chantier.

Pour les yourtes soumises à permis de construire et donc à la règlementation thermique RT2012 depuis le 1er janvier 2013, les planchers sont modifiés afin de permettre l'insertion d'une couche d'isolant bien plus épaisse (de 12 à 22 cm). Les solives sont alors remplacées par des poutres en I de hauteur adaptée et une membrane freine-vapeur hygrovariable est insérée pour améliorer l'étanchéité à l'air.
 






Contact Liens - Mentions légales SARL Eco-Habiter Léger 2014