La Maison Voyageuse

Accueil

Présentation

Notre démarche
environnementale


Notre démarche qualité

Ils parlent de nous...

Habiter une yourte

Yourtes et RT2012

Votre yourte

Modèles et tarifs

Réalisations

Vente de toile

Assistance
aux
auto-constructeurs


Notre démarche environnementale
Page précédente
Page suivante

Paradis breton Les matériaux utilisés


Le bois
L'isolation
Les toiles
Les vitrages

Le bois

La matière première principale utilisée dans la fabrication d'une yourte est le bois.

Nous utilisons deux essences de bois différentes :

  • Le douglas, est un résineux originaire d'Amérique du nord, amené en Europe au début du XIXème et qui fait partie des essences de repeuplement les plus usitées. Il est particulièrement adapté aux repeuplement des forêts des plateaux d'altitude du Massif Central. Il couvre 2,4 % de la forêt française. C'est un résineux qui possède de très bonnes qualités de part sa résistance mécanique importante (de l'ordre de 50 % plus résistant que le Pin maritime par exemple), une résistance aux différentes agressions assez bonnes et une bonne durabilité. Il se travaille très bien et s'adapte parfaitement à la fabrication des différentes pièces de menuiserie d'une yourte : toono (anneau central de compression), cadres, portes, fenêtres mais aussi perches.
Bois de douglas
  • Le mélèze, résineux originaire des Alpes et des Carpates, est tout à son aise dans les forêts de montagne. Il présente la particularité d'être un résineux à feuillage caduc et il perd donc ses aiguilles chaque automne en prenant une belle teinte orangée. Il est présent dans les forêts du Massif Central bien que ne faisant pas partie des essences les plus communes. Ses qualités de résistance mécanique sont aussi bonnes que pour le Douglas. Réputé imputrescible, sa résistance aux agressions et sa durabilité sont excellentes. Gorgée de résine, le travail de menuiserie est moins aisé avec cette essence.
bois de mélèze

Mélèze en automne


Le bois que nous utilisons est issu intégralement des forêts de l'Aveyron ou du Massif Central
.

L'acquisition d'un petite séchoir artisanal scandinave nous permet de gérer moi-même le séchage du bois et ainsi de mieux maîtriser la qualité du bois entrant dans la fabrication de mes yourtes par un procédé de séchage doux à une température de 50°C sur 5 semaines plus respectueuse du bois que les sechoirs industriels qui sèchent en 5 jours à 120°C. Le bois est ainsi mieux séché, moins agressé, il garde sa forme d'origine et fissure moins pour un travail final de meilleure qualité et avec une meilleure résistance. La consommation énergétique est également bien moindre même si le séchage est plus long grâce à la faible température et à une enceinte bien isolée.

Une partie du bois, comme les lattes de murs et parfois les perches des yourtes en fonction de leur section, est séché naturellement grâce à un petit stock de bois. Ces dernières années, nous essayons de gérer intelligemment notre stock afin de faire appel au séchage artificiel le moins souvent possible.

L'isolation


Le choix d'une isolation pour une yourte moderne doit répondre à des critères multiples :Mise en place de l'isolant

  • Qualité de l'isolation : le niveau d'isolation dans une yourte habitée à l'année doit permettre de chauffer à des températures acceptables avec de faibles dépenses énergétiques.
  • Perméabilité à la vapeur d'eau, régulation de l'hygrométrie : la perméabilité à la vapeur d'eau et à l'air permet de maintenir une ambiance saine dans la yourte.
  • Souplesse de l'isolant : la yourte présente une structure souple aux formes rondes et coniques, l'isolant doit pouvoir épouser ces formes et suivre les mouvements faibles de la structure.

L'isolant traditionnel d'une yourte est souvent le feutre. Si la laine, le plus souvent utilisé pour sa conception, est un bon matériau pour l'isolation, le feutre, en tassant celle-ci est un isolant assez médiocre. La laine en nappe, beaucoup plus aérées, est un isolant bien plus performant. 100 mm d'épaisseur de laine en nappe contiennent à peu près autant de matière qu'un feutre de 15 mm mais la capacité d'isolation est 5 fois supérieure.

L'isolant que nous utilisons est issu d'une filière régionale d'agriculteurs et de tondeurs de moutons qui ont décidés voici plus d'une dizaine d'années de valoriser le produit de la tonte en fabricant un isolant naturel. Ce fournisseur, Etoile du Berger, collecte la laine auprès des paysans à un prix juste, la fait laver, fait fabriquer un isolant en nappes sain, naturel, efficace et le commercialise avec une démarche qui optimise au mieux les transports en maintenant, malgré des coûts de production supérieurs, toutes les étapes en France afin de minimiser les impacts écologiques de la fabrication du matériau mais aussi de soutenir ainsi des entreprises locales dans une conjoncture difficile pour ce secteur de l'industrie. Les procédés de lavage sont les plus respectueux possibles de l'environnement.

Cette démarche permet la fabrication d'un isolant naturel à partir de laines qui étaient, le plus souvent, jetées ou brûlées, le prix de rachat de la laine brute couvrant difficilement le coût de transport. En participant au maintien d'une agriculture locale viable et d'un secteur industriel fragile et bien souvent touché par les délocalisations, cette fabrication est socialement exemplaire.

Cet isolant possède des qualités thermiques au moins identiques aux laines minérales, avec une dégradation de ces capacités bien inférieure dans le temps. Associé à des toiles respirantes, il régule parfaitement l'humidité au sein de la yourte et participe ainsi au maintien d'une ambiance toujours saine. La laine brûle naturellement mal et cette qualité est renforcée ici par l'adjonction de sel de bore. Elle a également la capacité de fixer certains polluants comme le formaldéhyde, l'un des principaux composés organiques volatils, les fameux COV, présents bien souvent à notre insu dans nos habitats. Sa souplesse est parfaitement adaptée aux formes d'une yourte. Plus d'infos

Les toiles


La problématique de choix d'une toile performante, résistante aux UV, à la pluie et au gel, à un coût acceptable, durable, imperméable à l'eau mais respirante pour la vapeur d'eau, et avec un impact sur l'environnement le plus faible possible est très complexe.

Pendant longtemps, les toiles utilisées par les fabricant de yourtes ou de tipis étaient la plupart du temps des toiles coton ouMise en place de la toile polyester-coton.

L'impact de la culture du coton sur l'environnement est bien souvent énorme. Le recours aux pesticides, insecticides et engrais est massif : la culture du coton utilise ainsi 24 % des pesticides pour 2,4% des surfaces cultivées dans le monde. Source

L'irrigation est importante dans des pays où l'eau est bien souvent un bien rare. La production d'un kilo de coton nécessite entre 7 et 29 mètres cubes d'eau. Le développement de la culture du coton est un des principaux phénomènes qui a entraîné l'assèchement de la mer d'Aral. Vous trouverez ici un bon article sur le sujet détaillant l'un des plus gros désastre écologique. Edifiant !

Le coton est également devenu le champion des cultures génétiquement modifiés. A l'échelle mondiale, en 2012, 82 % des plants de coton étaient génétiquement modifiés. 

Le bilan sanitaire est également désastreux : l'OMS évalue à 1 million le nombre de personnes intoxiquées par la culture du coton dont 22.000 morts chaque année.

La filière du coton s'est énormément complexifiée ces dernières années avec un parcours typique suivant : les graines OGM proviennent des Etats Unis, la culture se fait au USA, en Afrique, en Inde, au Brésil, le coton est filé en Turquie par exemple, tissé en Chine, enduit en Europe.

Plus personne ne maîtrise la qualité des produits issus d'une filière aussi complexe.

Une toile coton peut subir jusqu'à 40 traitements chimiques différents. Qu'en est-il de la compatibilité chimique de ces traitements quand les entreprises en bout de filière ne connaissent pas  les traitements appliqués au début de la filière ? Quid de l'impact environnemental de tous ces produits chimiques et de tous ces transports ? Quid de la toxicité de certains de ces produits pour l'environnement, les agriculteurs mais aussi pour les habitants d'une yourte ?

Le résultat est que des toiles qui duraient jusqu'à une quinzaine d'années sont régulièrement hors d'usage au bout de 2 à 4 ans. Il faut aussi veiller à retraiter les toiles tous les ans avec des fongicides et imperméabilisants.

Certaines toiles de coton ou autres fibres végétales issues de cultures respectueuses de l'environnement font leur apparition ces dernières années. La plupart de ces cultures sont destinées à l'habillement pour lequel elles sont un très bon choix. Pour un usage extérieur permanent, c'est assez différent. D'une part, le recul est encore faible pour estimer la durée de vie de ces toiles. D'autre part, toutes ces fibres présentent l'avantage … et l'inconvénient d'être rapidement biodégradables et donc fragiles. Les traitements de protection de ces fibres pour un usage permanent en plein air ne sont pas écologiques et sont souvent très agressifs pour l'environnement mais aussi parfois toxiques pour les utilisateurs des yourtes.

Depuis 2007, après des déconvenues importantes avec des toiles coton et la prise de conscience progressive de tous les défauts du coton, nous avons fait des choix différents.

Nous utilisons maintenant des toiles acryliques fabriquées en France dans le Pas de Calais. Plus d'infos.

Le point noir de ces toiles est l'origine de la matière première : le pétrole.

Mais les transports au cours de la fabrication sont bien moindres que dans le cas du coton par exemple, avec une filière simplifiée et une seule étape dans la fabrication, dans le nord de la France, à proximité de Lille. La toile acrylique pèse près de deux fois moins que la toile coton pour une résistance mécanique supérieure.

Mais il s'agit d'une fibre qui est résistante de part sa fabrication, les produits de traitements, tous à base d'eau, ont donc des impacts faibles sur l'environnement. Le renouvellement de ces produits est facultatif mais il améliore tout de même la durée de vie de la yourte.

Mais ces toiles, dont la fabrication est éprouvée depuis plusieurs décennies, ont une durée de vie bien plus stable et bien plus importante : de l'ordre d'une quinzaine d'années pour la toile extérieure de toit qui subit le plus les agressions (soleil, pluie, gel). Elles bénéficient d'une garantie de 10 ans ou de 5 ans.

Ces toiles bénéficient d'un label allemand : Oëko Tex Standard 100 (plus d'infos) qui garantit qu'aucune substance nocive pour l'homme et son environnement n'est contenue dans les toiles ou les fils que j'utilise. Ce label n'est pas un label écolo mais c'est déjà une garantie que de nombreux produits toxiques sont écartés de la fabrication. Aucune toile coton adaptée à un usage extérieure ne pourrait prétendre à ce label.

Des expérimentations sont en cours sur des fibres naturelles telles que le chanvre ou le lin. A ce jour, je n'ai connaissance d'aucune toile utilisable en extérieur, qui puisse prétendre avoir un impact moindre sur l'environnement, une imperméabilité importante, une perspirance acceptable, une durabilité suffisante et éprouvée, et un coût acceptable. L'achat de la toile pour la fabrication d'une yourte est la part la plus importante dans le budget des matériaux. Il représente facilement de 10 à 15 % du prix de vente final de mes yourtes.

Si je suis en permanence à l'affut de nouvelles toiles qui présenteraient de meilleures qualités notamment environnementales, j'estime que ces toiles sont le meilleur compromis environnemental actuel, en l'état de mes connaissances.yourte ombrée

Les vitrages


Les surfaces vitrées de nos yourtes sont équipées d'un double vitrage à hautes performances thermiques : gaz argon et couche de faible émissivité limitant l'échange de chaleur par rayonnement infrarouge (évitant ainsi surchauffe en été, perte de chaleur en hiver) garantissent ainsi des performances thermiques à la hauteur des normes actuelles et une consommation énergétique tout à fait raisonnable.

Pour les techniciens, son petit nom est  33.2 / 16 / 4 et son coefficient UG (indice de performance énergétique) est de 1.1. Il faut aller jusqu'au triple vitrage pour trouver mieux.


Suite :

Notre démarche environnementale
Aspects écologiques de l'habitat yourte





Contact Liens - Mentions légales SARL Eco-Habiter Léger 2014